• Conseils

École de la deuxième chance : comment y entrer ?

  • Ecoles de la 2ème chance
École de la deuxième chance : comment y entrer ?

Vous êtes sorti du système scolaire sans diplôme ni qualification et vous n'avez pas de travail ? Les écoles de la deuxième chance (E2C) peuvent vous aider. Les critères pour les intégrer varient d'un établissement à un autre. Mais une chose les relie : elles veulent toutes voir votre motivation !

Les écoles de la deuxième chance (E2C) n'ont rien à voir avec le système scolaire classique. Elles proposent un parcours individualisé de plusieurs mois alternant stages en entreprise et formation. L'objectif est de vous aider à vous insérer sur le marché de l'emploi ou à reprendre des études. Il existe plus d'une centaine d'E2C en France.

Conditions pour entrer dans une E2C

Les E2C sont ouvertes aux jeunes âgés de 16 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme et qui ne sont pas en emploi. Mais Nathalie Royer, directrice de l’E2C de Bastia tempère. « Il faut savoir que ce n’est pas un critère figé. Tout dépend des E2C. A Bastia, par exemple, nous accueillons des stagiaires jusqu’à 30 ans. D’autres vont jusqu’à 35 ans et d’autres 25 ans ».

« Nous acceptons également des jeunes qui possèdent un diplôme mais qui souhaitent repartir de zéro » rajoute Cyrille Cohas-Bogey, directeur du réseau des E2C. En effet, certaines écoles, acceptent, par exemple, que vous ayez un diplôme, s'il concerne un secteur où il y a peu d'emploi ou si vous souhaitez changer de voie.

Prendre contact avec une E2C, la mission locale ou Pôle emploi

Si vous êtes intéressé, vous pouvez vous rendre dans l'E2C proche de chez vous ou appeler. « La plupart des jeunes intègrent une école de la 2e chance en passant par une mission locale » explique Cyrille Cohas-Bogey. « Mais d'autres font des candidatures spontanées, passent par Pôle emploi ou encore par le système associatif ».

Mickaël a découvert le dispositif des E2C en prenant rendez-vous dans une mission locale. « J'ai voulu en savoir plus et découvrir ce qu'était l'E2C. Surtout qu'à ce moment-là je ne faisais rien donc ça représentait une vraie opportunité de pouvoir m'inscrire quelque part ». Après une seconde générale, Mickaël décide de tout arrêter. « J'avais plutôt un bon niveau, mais je ne me voyais pas continuer en filière générale parce que je ne savais pas du tout vers quoi je souhaitais me diriger. Je me sentais vraiment perdu » se souvient le jeune homme.

Léo a pris directement rendez-vous avec une E2C. « J’ai arrêté mon CAP au bout d’un an car je n’étais pas fait pour rester assis sur une chaise pour suivre des cours. Comme je me suis retrouvé sans rien, j’ai fait des recherches avec ma mère sur ce que je pouvais faire. Et on a découvert le dispositif des E2C ».

Des rentrées toute l'année !

Il est possible d'entrer et de sortir d'une E2C tout au long de l'année. Selon les écoles, les entrées se font toutes les semaines ou tous les mois.
Pour trouver une E2C près de chez vous : https://reseau-e2c.fr rubrique Réseau E2C / Cartographie des E2C

Les écoles proposent souvent une réunion d'information pour expliquer le fonctionnement de l'E2C, le rythme de la semaine, ou les règles de l'école (ponctualité, présence à chaque activité...). Cette réunion est importante. Elle vous permet de voir si l'E2C correspond à ce que vous avez envie de faire.

« Quand on intègre une E2C, on obtient le statut de stagiaire de la formation professionnelle et on signe un contrat dans lequel on s'engage à suivre les cours, à être présent. Pour intégrer une E2C il faut être motivé et prêt à respecter le cadre proposé » conseille Cyrille Cohas-Bogey, directeur du réseau E2C.

« Au départ je pensais que l’E2C n’était pas pour moi parce que je l’imaginais comme un internat » explique Léo. « Mais en assistant à la journée d’information, j’ai su que je pouvais intégrer l’E2C « en douceur » et venir qu’une demi-journée par mois, pour m’assurer que le système pouvait me correspondre ». Finalement, le jeune homme sera accompagné pendant 6 mois avant de signer un contrat d’apprentissage dans une boulangerie.

À l'entretien individuel, montrez votre motivation

« Nous étions plusieurs stagiaires et après la réunion d'information, nous avons tous eu un entretien individuel avec une formatrice » explique Mickaël. « J'ai expliqué mon parcours scolaire et je leur ai dit que je me sentais perdu et que j'avais besoin d'un accompagnement pour savoir dans quoi je souhaitais me lancer ».

Selon les E2C, l'entretien individuel peut se dérouler avec un formateur ou le directeur de l'école. Le représentant d'une entreprise ou d'une mission locale peut être présent. L'entretien individuel permet à l'E2C de vérifier que le dispositif est adapté à votre situation.

L'entretien permet à l'école de mesurer votre motivation car il vous sera demandé de vous investir aussi bien pendant les cours de remise à niveau et les ateliers obligatoires que pendant les stages en entreprise.

« Si on a un projet professionnel il est très important d'en parler. Mais si on n'en a pas, cela ne signifie pas que l'on n'est pas motivé. Montrez que vous avez envie de vous prendre en main, d'avancer et que l'E2C peut vous aider à y arriver » conseille Cyrille Cohas-Bogey.

Restez naturel. Ce n'est pas la peine d'en rajouter sur vos expériences passées ou d'inventer un projet professionnel pour faire plaisir à votre interlocuteur. Si vous êtes accepté, l'entrée en formation a lieu quelques jours ou quelques semaines plus tard, selon le nombre de sessions ouvertes par l'école.

CIDJ © CIDJ
Article mis à jour le 15-02-2021 / créé le 20-07-2011